Athènes obtient la tranche d'aide promise

Radio-Canada avec Agence France-Presse, Associated Press et Reuters

La zone euro versera à la Grèce environ 44 milliards d'euros dès la semaine prochaine. Athènes, qui attendait depuis plusieurs mois de recevoir cet argent, s'en servira notamment pour racheter des titres de dettes.

Dans l'objectif de réduire sa dette, le gouvernement grec a annoncé cette semaine qu'il rachètera 41,5 milliards de dollars américains en obligations à des investisseurs privés, au tiers de leur valeur nominale. Athènes s'est aussi engagée à mettre en place de nouvelles réductions de dépenses et des hausses d'impôts.

Cette décision a été accueillie avec enthousiasme par le premier ministre grec Antonis Samaras. « La Grèce est de nouveau debout », a-t-il déclaré.

Drapeau grec Drapeau grec (archives)  Photo :  AFP

L'Autorité des statistiques grecques a néanmoins émis de nouveaux chiffres faisant état d'une aggravation de la situation de l'emploi. Le taux de chômage atteint 24,8 % au troisième trimestre contre 23,6 % au trimestre précédent. Plus d'un jeune sur deux de 15 à 24 ans est sans emploi. Les femmes de cette tranche d'âge sont particulièrement touchées: près des deux tiers d'entre elles sont au chômage.

Lors de leur réunion de Bruxelles, les ministres européens des Finances se sont par ailleurs entendus sur la création d'une agence unique de supervision bancaire, qui sera en place en mars 2014. Environ 200 banques seront sous la supervision directe de la banque centrale européenne, tandis que les plus petites institutions financières demeureront sous la juridiction des autorités nationales.

Le Royaume-Uni, la Suède et la République tchèque ont signifié qu'ils ne participeraient pas à ce mécanisme de supervision bancaire.

En complément