Québec : des réductions de dépenses de 522 M$

Le président du Conseil du Trésor, Stéphane Bédard Le président du Conseil du Trésor, Stéphane Bédard

La plus grande part de la croissance des dépenses du gouvernement du Québec ira surtout à la santé, à l'éducation et à la famille en 2013-2014, selon les crédits budgétaires, les détails des dépenses des ministères, qui ont été dévoilés jeudi matin.

La plupart des autres ministères devront toutefois composer avec une diminution de leurs dépenses de 0,9 %, soit l'équivalent de 122 millions de dollars. Pour atteindre l'équilibre budgétaire, Québec se fixe deux cibles d'économies supplémentaires de 200 millions de dollars chacune, soit un total de réduction de dépenses de 522 millions de dollars pour 2012-2013.

Des ministères voient tout de même leur budget augmenter, comme celui de la Culture, qui bénéficie d'une croissance de 2,1 % de ses dépenses, ainsi que les Affaires municipales, les Régions et l'Occupation du territoire, en augmentation de 1,4 %.

Selon le président du Conseil du Trésor, Stéphane Bédard, il ne devrait pas y avoir de compressions dans les services donnés à la population. On espère aussi que la réduction des dépenses évitera les suppressions de poste. Le gouvernement affirme cependant que certains ministères n'auront pas le choix de choisir cette avenue.

Par ailleurs, tous les programmes gouvernementaux seront revus, pas dans l'intention de les abolir, mais de les « optimiser ». L'assurance médicament sera entre autres scrutée, alors que le budget alloué aux infrastructures sera plafonné.

Le gouvernement vise le respect des budgets ministériels, afin d'arriver à atteindre ses prévisions.

Trois exemples de réductions de budget

Santé, Éducation, Famille

Le budget du secteur de la Santé et des Services sociaux augmente globalement de 4,8 %, soit environ 900 millions de dollars. Cependant, 500 millions de dollars iront à l'augmentation annuelle de la rémunération des médecins. Il reste donc 400 millions pour les services à la population. Le gouvernement affirme que cet argent servira notamment à financer les nouvelles initiatives pour le renforcement des soins de première ligne, comme l'accès à un médecin de famille.

Par ailleurs, le budget du ministère de l'Éducation augmente au total de 2,2 %. Cette hausse vise à réduire le nombre d'élèves par classe, ajouter des ressources professionnelles et bonifier les services aux élèves handicapés ou en difficulté d'adaptation ou d'apprentissage. Notons que malgré cettte hausse des budgets, le gouvernement de Pauline Marois inflige des réductions de 124 millions de dollars aux universités québécoises.

Le ministère de la Famille voit quant à lui son budget augmenter de 3,2 %, afin entre autres de financer l'ajout des 28 000 places en services de garde qui seront créées d'ici quatre ans.

Ailleurs sur le web Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes.