Une candidate au secrétariat d'État a des actions chez TransCanada

L'ambassadrice des États-Unis à l'ONU, Susan Rice, en octobre 2010 L'ambassadrice des États-Unis à l'ONU, Susan Rice, en octobre 2010  Photo :  AFP/Ashraf Shazly

L'une des candidates favorites pour succéder à Hillary Clinton comme secrétaire d'État américaine pourrait se retrouver dans une situation de conflit d'intérêts.

Selon des documents financiers rendus publics mercredi, il appert que Susan Rice, qui est mariée à un Canadien, posséderait des actions dans la compagnie TransCanada, la pétrolière albertaine qui tente d'obtenir l'accord du gouvernement américain pour son projet controversé d'oléoduc Keystone XL.

Or, c'est au secrétariat d'État que revient la décision définitive d'approuver ou non le projet de 7 milliards de dollars américains, qui traverse les terres américaines.

Le président Barack Obama avait rejeté le projet de TransCanada il y a 10 mois, invoquant des inquiétudes à propos des risques possibles envers une zone à l'équilibre environnemental délicat dans le Nebraska et que l'oléoduc aurait traversée, selon le tracé prévu à l'origine.

TransCanada a dû refaire ses devoirs pour concevoir un nouvel itinéraire, ce qui force une deuxième évaluation du département d'État.

L'industrie pétrolière espère désormais que M. Obama approuvera le projet laissé de côté depuis janvier, le président repoussant toute décision jusqu'après l'élection présidentielle.

Les avoirs de Mme Rice, qui possède des actions dans la pétrolière canadienne pour une valeur se situant entre 300 000 $US et 600 000 $US, avaient déjà fait l'objet d'un article dans le journal en ligne On Earth, une publication environnementale reliée au Natural Resources Defense Council.

Les rapports financiers indiquent qu'environ le tiers de la fortune personnelle de Mme Rice, qui est évaluée à 43 millions de dollars américains, serait sous forme d'actions de producteurs de pétrole, d'opérateurs d'oléoducs et d'autres entreprises canadiennes d'hydrocarbures.

Mme Rice et son époux Ian Cameron, un producteur de télévision qui a déjà travaillé au réseau anglais de Radio-Canada, détiennent pour environ 1,25 million $US d'actions dans quatre des plus importantes compagnies du domaine énergétique, dont Enbridge, Encana et Suncor.

Leur portefeuille d'investissements réunit plusieurs autres compagnies canadiennes, dont la Banque de Montréal, la Banque de Nouvelle-Écosse, Canadian Tire, Research In Motion.

John Kerry, le sénateur démocrate du Massachusetts qui convoite le poste de secrétaire d'État, ne possède aucune action dans la compagnie TransCanada.

La carte du projet de construction de l'oléoduc Keystone XL. La partie sud du projet de construction de l'oléoduc Keystone XL irait de l'avant sans attendre l'autorisation de construire la ligne entre le Canada et Steele City.  Photo :  TransCanada