Le milieu des affaires veut le maintien des investissements en infrastructures

L'échangeur Turcot à Montréal L'échangeur Turcot à Montréal

Le Québec doit maintenir des investissements importants dans les infrastructures publiques parce qu'il les a négligées pendant plus de 30 ans.

C'est ce que soutient la présidente-directrice générale de la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ), Françoise Bertrand, en réaction à l'étude de KPMG-Secor sur la gestion actuelle du plan québécois d'infrastructures, rendu publique vendredi.

L'étude a constaté des hausses de coûts importantes des projets d'infrastructures publics. L'analyse de KPMG-Secor révèle une augmentation moyenne de 78 % par rapport aux estimations initiales d'une vingtaine de projets majeurs.

Selon Françoise Bertrand, les investissements dans les infrastructures ont permis au Québec de traverser la dernière crise économique sans trop de turbulence. Elle ajoute qu'il est impératif qu'on les poursuive alors que la croissance économique de la province est « pour le moins anémique ».

Mme Bertrand croit que ces grands travaux sont nécessaires compte tenu du retard à rattraper dans l'entretien et la modernisation des infrastructures routières, des ponts, des modes de transport en commun et des hôpitaux, entre autres.

Elle souhaite que le budget déposé mardi par le ministre des Finances Nicolas Marceau ne concrétise pas un recul dans ce domaine.


Info en continu Afficher le fil complet

L'économie avec Gérald Fillion

Facebook