Un accord Canada-Chine pourrait nuire aux provinces, selon Thomas Mulcair

Thomas Mulcair, chef du NPD Thomas Mulcair, chef du NPD  Photo :  PC/Adrian Wyld

Un traité sur les investissements entre le Canada et la Chine devant être ratifié bientôt pourrait être néfaste pour les provinces, selon le leader du Nouveau Parti démocratique (NPD), Thomas Mulcair.

« Cet accord pourrait entraîner un énorme bouleversement dans la capacité des provinces à contrôler leurs ressources naturelles et causer de véritables problèmes pour la souveraineté du Canada à long terme », a déclaré le chef de l'opposition officielle lors d'une entrevue à La Presse Canadienne.

Le contrôle provincial des ressources naturelles est un sujet particulièrement sensible en Alberta, où M. Mulcair était de passage mardi pour appuyer son candidat Dan Meades à l'élection partielle du 26 novembre dans la circonscription de Calgary-Centre.

Le député d'Outremont a déjà déclaré qu'un gouvernement néo-démocrate ferait tout en son possible pour annuler l'Accord sur la promotion et la protection des investissements étrangers que le gouvernement Harper s'apprête à signer avec Pékin, si l'entente ne concorde pas avec le meilleur intérêt des Canadiens.

« Je pense que les résidents de Calgary et du reste de l'Alberta comprennent très bien que les batailles menées il y a 30 ans pour enchâsser le contrôle provincial des ressources naturelles dans la constitution ne devraient pas être mises de côté aussi simplement. » — Thomas Mulcair, chef du NPD

La campagne électorale dans Calgary-Centre se déroule avec comme toile de fond la vente à des intérêts chinois de la pétrolière albertaine Nexen (TSX:NXY), dont le siège social se trouve au coeur de la circonscription.

Cette transaction, évaluée à 15,1 milliards de dollars, doit recevoir l'aval du gouvernement fédéral d'ici le 10 décembre. Le NPD et d'autres critiques ont ridiculisé le processus d'évaluation, dont l'échéance a déjà été repoussée à deux reprises, le jugeant trop vague et secret.

Le gouvernement conservateur a rétorqué qu'il clarifierait sous peu ses directives en matière de prise de contrôle étrangère.

« Que cachent les conservateurs? Pourquoi ne nous disent-ils pas comment sera prise leur décision? Pourquoi ont-ils choisi de repousser la date limite après l'élection partielle? », se demande Dan Meades.

M. Meades dit croire que son parti a de bonnes chances de l'emporter dans Calgary-Centre, qui se trouve en plein coeur d'une province où toutes les circonscriptions sont pourtant représentées par des conservateurs à la Chambre des communes.