Robert Dutton quitte son poste de PDG de Rona

Robert Dutton Robert Dutton (archives)  Photo :  PC/Graham Hughes

Après 20 ans à la tête du quincaillier Rona, Robert Dutton quitte ses fonctions de président et chef de la direction. Il ne siégera plus au conseil d'administration de l'entreprise québécoise.

Sans préciser la raison du départ de M. Dutton, le président du conseil d'administration de Rona, Robert Paré, précise dans un communiqué que l'ex-PDG a été « un bâtisseur et une inspiration pour des générations de marchands, de cadres et d'employés ». Il lui souhaite « beaucoup de succès dans ses projets à venir ».

Toutefois, Michèle Laberge, directrice principale des communications et des affaires publiques chez Rona, dit qu'elle croit que la décision découle directement du fait que la haute direction a « à bien la mission de l'entreprise et c'est une décision qui a été prise dans cet exercice-là, d'assurer le succès de Rona ».

Michel Nadeau, directeur général de l'Institut sur la gouvernance d'organisations privées et publiques, semble du même avis. « Après le refus par le conseil de l'offre de Lowe's, les administrateurs devaient faire quelque chose. On sait que lorsqu'un nouveau président arrive dans une entreprise, il serre les coûts, il remet en question des choses et ça donne un sang nouveau. Le titre boursier monte habituellement de 15 % à 20 % entre six mois et un an après l'arrivée du nouveau PDG », dit-il.

Quant à Jacques Nantel, professeur à HEC Montréal, il croit que l'annonce est triste, mais compréhensible. « C'est lui [Robert Dutton] qui en a fait une entreprise pancanadienne, notamment par acquisition. Et jusqu'à tout récemment, les chiffres de Rona étaient particulièrement positifs et particulièrement éloquents même. [...] Mais quand on regarde surtout les résultats des derniers mois, évidemment c'est décevant. Maintenant, il faut comprendre que l'industrie de la rénovation est une industrie qui est extrêmement cyclique, et c'est clair que tôt ou tard on s'en allait vers un cycle qui serait baissier », pense-t-il.

La firme Korn/Ferry International a reçu le mandat de recruter le successeur de M. Dutton, qui a commencé à travailler pour Rona en 1977, pour en devenir le principal dirigeant en 1992. Le premier vice-président et chef de la direction financière, Dominique Boies, assure l'intérim en attendant le choix du prochain PDG.

Dans son communiqué, Rona rappelle que c'est sous la direction de Robert Dutton que le quincaillier a dépassé les frontières du Québec pour devenir le plus important détaillant en rénovation du Canada.

La nouvelle a été annoncée avant l'ouverture des marchés à Toronto. À la fermeture des cours, l'action de Rona était en hausse de 8,2 %, ou 77 ¢, à 10,12 $.

Surprise et tristesse

Des employés de Rona rencontrés par Radio-Canada vendredi se sont dits étonnés et déçus d'apprendre le départ de Robert Dutton. Plusieurs ont souligné ses qualités humaines et de gestionnaires.

La Caisse de dépôt et placement du Québec, actionnaire de Rona, a salué l'immense contribution de celui qui a passé les deux dernières décennies à la tête du quincaillier québécois. Rona doit toutefois, selon la Caisse, se concentrer sur son avenir et améliorer sa rentabilité.

Résultats décevants et offre d'achat rejetée

Le départ de M. Dutton survient quelque mois après le rejet d'une tentative d'acquisition non sollicitée de la part du géant américain de la rénovation Lowe's, ce dernier proposant d'acheter Rona pour 1,76 milliard de dollars afin d'accroître sa présence au Canada.

Le conseil d'administration de l'entreprise québécoise avait rejeté cette offre à l'unanimité.

Cette tentative d'achat a plombé les résultats financiers de Rona, qui continue à afficher d'ailleurs des ventes en baisse et ferme des grandes surfaces pour les remplacer par des magasins de plus petite taille.

Au troisième trimestre, les revenus du quincaillier étaient en baisse de 0,8 %, à 1,24 milliard de dollars. Ses profits reculaient de près de 90 % à 5,1 millions de dollars. « Ce fut un trimestre difficile dans un contexte difficile », avait déclaré mercredi Robert Dutton, lors d'une téléconférence avec des analystes financiers.

Avec ses quelque 1500 points de vente, Rona est le plus important distributeur et détaillant canadien de produits de quincaillerie, de rénovation et de jardinage.

En complément