Imprimante 3D : créer un objet réel en un clic

Le reportage de Vincent Maisonneuve
Imprimer en 3D

Le magazine Time l'a consacrée l'une des meilleures inventions de 2012. The Economist estime qu'elle aura un impact comparable à l'arrivée de l'ordinateur personnel. L'imprimante 3D, qui demeure méconnue du grand public, permet de créer un objet bien réel en un simple clic de souris.

Le président fondateur de la firme Consult, Daniel Finkelstein, offre le service d'impression 3D à ses clients. « Tu peux faire la conception d'un objet en 3D sur ton ordinateur, prendre le fichier virtuel et l'envoyer vers l'imprimante. Elle va bâtir une pièce en 3D. C'est une résine qui est déposée sur une plateforme. Il y a une lumière UV qui fait durcir la résine instantanément. L'imprimante bâtit l'objet couche par couche et ça donne une pièce en trois dimensions », explique-t-il.

Lors de notre visite, Daniel Finkelstein a imprimé trois répliques d'un boulon de quelques centimètres de largeur et d'un diamètre semblable à celui une pièce de 25 ¢ en moins d'une heure. L'imprimante 3D peut reproduire des choses simples ou très complexes, et même des objets articulés comme une chaîne de vélo. « Les possibilités sont illimitées », fait valoir l'entrepreneur montréalais.

L'appareil permet aux entreprises manufacturières d'imprimer des prototypes. « Ça réduit les coûts et le temps de production », souligne Daniel Finkelstein. L'impression d'un prototype peut coûter quelques dizaines ou quelques centaines de dollars, selon le matériel utilisé, la taille et la forme de l'objet imprimé. La création d'un moule pour fabriquer une pièce en usine peut coûter des dizaines de milliers de dollars. « S'il y a une erreur et qu'il faut recommencer le moule, ça peut retarder la production de plusieurs semaines. En imprimant un prototype, on peut savoir rapidement si le design d'un objet fonctionne réellement », affirme l'entrepreneur.

L'imprimante 3D est également de plus en plus abordable. L'école polytechnique de Montréal utilise ce type d'équipement depuis la fin des années 90. Guy Létourneau est conseillé au développement de la recherche à polytechnique. Il se souvient qu'au départ, une imprimante pouvait coûter près d'un million de dollars. « Aujourd'hui, les coûts ont baissé, et ça devient accessible pour la plus petite des entreprises. Il existe même des imprimantes de moindre qualité que des amateurs peuvent s'offrir à la maison pour Noël », dit-il.

Aujourd'hui, on trouve des imprimantes 3D pour moins de 3000 $.

Un texte de Vincent Maisonneuve

Info en continu Afficher le fil complet

L'économie avec Gérald Fillion

Facebook