Montréal maintenant plus chère que Toronto, selon UBS

Montréal Montréal

Si l'on en croit la banque suisse UBS, le coût de la vie est désormais plus élevé à Montréal qu'à Toronto, même en tenant compte des coûts d'habitation.

Dans son plus récent rapport sur la question, publié vendredi, UBS place Montréal au 16e rang des villes les plus chères du monde. Toronto arrive loin derrière, en 31e place.

En incluant les coûts d'habitation, Montréal est la 17e ville la plus chère du monde, derrière Rome et Munich, mais devant Chicago et Milan. Toronto prend le 31e rang, juste derrière Auckland mais immédiatement devant Séoul.

Selon UBS, les trois villes les plus chères du monde sont Oslo, Zurich et Tokyo, des habituées de ce type de classement.

Pour ce qui est du salaire moyen après impôts, Toronto devance légèrement Montréal en se classant au 22e rang mondial, derrière Amsterdam et Berlin. La métropole québécoise occupe la 24e place, juste devant Lyon.

Pour illustrer son étude, UBS a calculé combien de temps il faut travailler en moyenne dans chaque ville pour pouvoir s'acheter un Big Mac de McDonald's et un iPhone 4S 16GB.

Des chiffres contestables

Certains chiffres sur lesquels s'appuie l'étude d'UBS font toutefois sourciller.

Par exemple, le loyer normal moyen d'un appartement de gamme moyenne est estimé à 1360 $ à Montréal et à tout juste 1090 $ à Toronto.

Or, selon le plus récent Rapport sur le marché locatif de la Société canadienne d'hypothèques et de logement, daté d'avril dernier, le loyer moyen pour un appartement de deux chambres était de 708 $ à Montréal et de 1164 $ à Toronto.

UBS évalue en outre que le coût moyen d'un panier de 122 biens et services « pondéré selon les habitudes de consommation européennes » est de 3222 $ à Montréal, soit 10,1 % de plus qu'à Toronto (2926 $).

D'après la banque suisse, les aliments, les vêtements, les appareils électroniques et électroménagers ainsi qu'une « escapade urbaine » de deux jours sont tous plus chers à Montréal qu'à Toronto.

Par contre, la facture moyenne du transport en commun, des restaurants, des hôtels de luxe et des services (entretien ménager, visites chez le coiffeur, abonnements à la télédistribution et au téléphone, accès Internet, cours et activités de loisirs) est globalement plus élevée à Toronto qu'à Montréal.

Enfin, UBS calcule que les Montréalais travaillent en moyenne 1783 heures par année, soit 64 heures de moins que les Torontois.


info en continu

L'économie avec Gérald Fillion

Facebook