BRP se retire du marché des bateaux sport

Radio-Canada avec La Presse Canadienne
Motomarines Sea-Doo de BRP Motomarines Sea-Doo de BRP

Bombardiers Produits récréatifs (BRP) a annoncé vendredi sa décision de se retirer du marché des bateaux sport. L'entreprise, dont le siège social est à Valcourt, en Estrie, fermera son usine de Benton, dans l'Illinois, et réduira ses effectifs à Palm Bay, en Floride. Au total, 350 travailleurs perdront leur emploi.

BRP, qui conçoit, fabrique et distribue notamment des motos marines et des moteurs hors-bord, a décidé de faire un « choix d'affaires » afin de se concentrer sur des activités dans lesquelles l'entreprise est leader, a expliqué à Radio-Canada.ca Pierre Pichette, vice-président communication de la société.

L'entreprise de Valcourt a tenté de trouver un acheteur pour sa division des bateaux, mais en vain, a précisé par voie de communiqué José Boisjoli, le président et chef de la direction.

Une bonne partie des employés de l'usine de Benton étaient touchés par des mises à pied saisonnières depuis le mois de juin. Les employés licenciés auront droit à une « prime de transition avantageuse », a assuré BRP. L'entreprise promet par ailleurs qu'elle continuera de fournir des pièces et d'honorer les garanties de ses clients.

Depuis 2007, l'entreprise est confrontée « au déclin de l'industrie du bateau ». Or, « nous sommes numéro 1 sur le marché mondial de la moto marine, et numéro 3 pour les moteurs hors-bord », explique M. Pichette. « Le marché des bateaux représente moins de 3 % de notre chiffre d'affaires », poursuit-il.

« Nous devons maintenant concentrer nos ressources en recherche et développement et nos investissements dans les secteurs de notre entreprise qui offrent de meilleures perspectives de croissance », a expliqué M. Boisjoli.

En juin dernier, la direction de BRP avait annoncé le transfert une réorganisation de ses activités d'assemblage de motomarines de Valcourt, en Estrie, vers une nouvelle usine mexicaine. Cette mesure affectera 500 employés au cours des 18 à 36 prochains mois.

info en continu

mercredi 17 décembre

L'économie avec Gérald Fillion

Facebook