Ottawa préoccupé par l'endettement des ménages

Radio-Canada avec Globe and Mail
Une maison à vendre à Ottawa Une maison à vendre à Ottawa

Le gouverneur de la Banque du Canada, Mark Carney, a exhorté lundi les ménages et les entreprises à rester vigilants en matière d'emprunt, dans un discours prononcé devant l'Economic Club du Canada à Toronto.

M. Carney a observé avec inquiétude que le crédit aux ménages avait crû d'environ 7 % au pays depuis que la récession a atteint son creux, alors qu'il a chuté de 3,5 % aux États-Unis. M. Carney craint que les Canadiens pensent que le répit offert par les faibles taux d'intérêt sera permanent.

Il a précisé que les taux d'intérêt devraient rester bas dans les mois à venir, pour continuer à stimuler la croissance. Mais lorsque les taux seront portés à la hausse, ce qui pourrait survenir sur une courte période, plusieurs pourraient se retrouver dans une situation difficile, où ils ne pourront pas rembourser leurs dettes.

Par ailleurs, Ottawa serait en pourparlers avec les banques afin d'instaurer de nouvelles mesures dans le prochain budget pour prévenir la hausse de l'endettement des Canadiens.

Le sous-ministre des Finances du Canada, Michael Horgan, aurait abordé le sujet avec des cadres de firmes de Bay Street lors de consultations prébudgétaires, rapporte le Globe and Mail lundi.

Plusieurs banquiers lui auraient dit qu'ils approuveraient des mesures supplémentaires afin de calmer le marché hypothécaire, soit en réduisant davantage la période d'amortissement maximale des prêts, soit en augmentant la mise de fonds minimum.

En février dernier, Ottawa avait durci les critères donnant accès aux prêts hypothécaires. L'emprunteur doit se qualifier à un taux fixe pour un terme de cinq ans avant de demander tout autre type de prêt.

L'endettement des ménages atteint un sommet

Des données publiées par Statistique Canada lundi montrent que l'endettement des ménages sur le marché du crédit en proportion du revenu personnel disponible a atteint un record au troisième trimestre, atteignant 148,1 %. Cette proportion était de 143,4 % au trimestre précédent.

Cette hausse est principalement attribuable à une baisse de 1,5 % du revenu personnel disponible, révèle l'organisme.

Le PDG de la Banque Royale, Gordon Nixon, affirme qu'il n'y a pas encore lieu de succomber à la panique, mais soutient que la limite vient d'être atteinte pour ce qui est de la capacité des consommateurs à rembourser leurs prêts.

Les bas taux d'intérêt ont permis à de nombreux Canadiens d'emprunter au-delà de leur capacité à rembourser. La dette moyenne par ménage, incluant les prêts hypothécaires et les cartes de crédit, a atteint 96 100 $ cette année.

Quant au marché hypothécaire résidentiel canadien, il n'a jamais été aussi imposant. Le solde des prêts hypothécaires consentis aux consommateurs dépassait la barre du billion de dollars, soit 1000 milliards de dollars, à la fin du mois d'août.

Les Canadiens nantis peu inquiets

Par ailleurs, les deux tiers des ménages canadiens à revenu élevé (dépassant 100 000 $) jugent leur niveau d'endettement raisonnable, révèle lundi un sondage Léger Marketing effectué pour le compte de PricewaterhouseCoopers.

Même s'ils ont une dette à la consommation relativement élevée, 78 % des répondants pensent avoir la capacité d'emprunter encore plus.

Néanmoins, la plupart d'entre eux, soit 64 %, envisagent de réduire le fardeau de leurs dettes au cours des 12 prochains mois.

Le sondage a été mené à l'automne 2010 auprès de 603 répondants. La marge d'erreur est de 4 %, 19 fois sur 20.

Info en continu Afficher le fil complet

L'économie avec Gérald Fillion

Facebook